Retour à la page d'accueil
Coups de feuDangerMédiasTémoignagesQuoi de neufCommunications
IntroductionPlan du siteQui sommes-nous?InsécuritéSinistrésInstitutions
 
 
C'EST À MOINS DE 40.00$ QUE LES GOUVERNEMENTS ONT ÉVALUÉ LE PRIX DE LA PAIX ET DES DROITS FONDAMENTAUX DES CITOYENS DE KANESATAKE
 
 
 

L'installation des guérites à Kanesatake auraient brimé les droits fondamentaux au quotidien de tous les citoyens de Kanesatake. La seule pensé de seulement proposé un tel projet aurait dû faire sursauter tous les défenseurs des droits et des libertés et de surtout de nos gouvernements, protecteurs des lois et des Chartes des Droits et Libertés.

Dans le pays qui se vante d'être le protecteur sur la scène mondiale des droits de l'homme, les gouvernements n'ont jamais levé le petit doigt pour même condamné cette initiative et ils ont laissé à la population civile l'odieux de faire leur travail.

Les groupes de travail démocratique de Kanesatake qui ont interpellé les gouvernements pour leur demander de l'aide pour combattre cette atteinte aux droits fondamentaux se sont tous fait refuser toute aide quelconque parce que jugé trop politiquement risquée.

Un seul ministre provincial a offert une boite de feuilles de papier à photocopier, estimé à moins de 40.00$, pour permettre aux groupes de travail démocratique de Kanesatake d'expliquer à la population les risques et dangers d'installer des guérites. Le ministre n'a jamais d'ailleurs envoyer la boite de feuilles de papier à photocopier jugeant probablement son cadeaux trop risqué pour l'opportunisme politique de son parti.

Jamais autant que dans cette période de projet d'installation de guérites à Kanesatake que le vrai visage des gouvernements s'est montré au grand jour et que leur leadership de " gérants d'estrades " n'est apparu aussi évident.

Des sinistrés qui n'en finissent plus d'être sinistrés s'attendent au moins que les gouvernements soient respectueux des droits fondamentaux et qu'ils ne les abandonnent pas lâchement à leur sort de victimes de situations auxquelles ils ne sont mêmes pas parties prenantes.

Mais c'était déjà trop espérer des gouvernements car ces derniers ne voulaient rien de moins que de les garder comme otages politiques pour des stratégies gouvernementales.

Il est facile de parler du prix de la liberté et des droits pour celui qui n'a jamais eu à en payer le prix; surtout si sa position de dominant lui permet de le faire payer par les dominés.
 

 
 
 
 
Coups de feu | Médias | Danger | Témoignages | Quoi de neuf | Communications
Introduction | Plan du site | Qui sommes-nous ? | Insécurité | Sinistrés | Institutions
 
 
 
 
Webmestre Page précédenteHaut de la pagePage suivante