Retour à la page d'accueil
Coups de feuDangerMédiasTémoignagesQuoi de neufCommunications
IntroductionPlan du siteQui sommes-nous?InsécuritéSinistrésInstitutions
MAVCO |APIK | Le Milieu | Jean Jolicoeur
 

 

Le Milieu

Les bonnes intentions des politiciens québécois demeurent des voeux pieux quand les fonctionnaires québécois démontrent une attitude carrément raciste avec les autochtones dans les relations quotidiennes

 
 

Communauté Tea8eakenrat de Kanesatake / Oka

Tea8eakenrat

La mère de Jean Jolicoeur, Gracia Morin Jolicoeur, autochtone native de la région de Maniwaki, a influencé le style de vie familiale bien familier aux habitant de l'Outawais. Il était donc normal que Jean Jolicoeur adhère et œuvre au sein de la Communauté Kitchi Sipi de l'Outawais comme directeur et vice-président.

C'est à la demande expresse des membres de la Communauté Mohawk de Kanesatake que Jean Jolicoeur a transféré et est devenu président de la Communauté Tea8eakenrat de Kanesatake/Oka qui est l'alma mater et regroupe un nombre important de membres de la Communauté Mohawk de Kanesatake.

Les Communautés Kitchi Sipi et Tea8eakenrat sont affiliées à l'Alliance Autochtone du Québec qui compte plus de 21,000 membres d'âge majeur enregistrés et cette dernière est la représentante québécoise du Congrès des Peuples Autochtones qui représente les quelques 800,000 autochtones qui vivent dans le contexte hors réserve partout au Canada.

Les membres de la Communauté Tea8eakenrat se sont donc joints au Mohawk Council of Elders & Working Committee of Kanesatake pour travailler à ramener la paix et la démocratie dans le difficile contexte anarchique de Kanesatake des années 1991 à 1996.

C'est ainsi que des rencontres avec les gouvernements fédéral et provincial furent organisées pour les inciter à faire respecter les lois et les droits de toute la population civile de Kanesatake. Les gouvernements d'Ottawa et de Québec préféraient le laxisme à la discussion et à l'intervention pour ne pas écorcher leur opportunisme politique malgré que les organismes de Kanesatake impliqués à la défense de la démocratie aient clairement expliqué aux gouvernements en place le désir de la population de Kanesatake de vivre dans le respect des lois et des droits.

C'est encore ainsi que malgré le mot d'ordre de l'Assemblée des Premières Nations de ne pas présenter de mémoire à la Commission sur l'Avenir du Québec, la Communauté Tea8eakenrat déposa devant la Commission, le 28 février 1995, un document sommaire démontrant la bonne foi de la Communauté Mohawk de Kanesatake favorisant le dialogue avec la population du Québec. La grande population de Kanesatake indiquait préférer la voie de la conciliation et de la négociation à la confrontation dans le respect des droits de tous et chacun tout en démontrant les craintes que la population de Kanesatake avait devant les agissements gouvernementaux.

C'est à la direction de la Communauté Tea8eakenrat et à son comité de sélection à l'habitation, dont Jean Jolicoeur est respectivement président et membre, que revenait la responsabilité de sélectionner les locataires des logements d'Habitat Métis du Nord qui sont gérés par la Corporation Waskahegen; deux corporations chapeautées par l'Alliance Autochtone du Québec.

Le gouvernement du Québec par son organisme à l'habitation, la Société d'Habitation du Québec (SHQ), a cessé toute livraison de programmes en 1993 aux 2000 familles autochtones hors réserve, incluant ceux de Kanesatake/Oka, pour de multiples raisons dont entre autres que " la Crise d'Oka avait coûté cher et que les autochtones allaient en payer une partie ".

La Sûreté du Québec et le Ministère de la Justice ont déposé 433 chefs d'accusations au criminel, pour fraude et vol de plus de 1,000,000.00$ contre des corporations autochtones et leurs représentants, uniquement basés sur des suppositions, des hypothèses et des conjonctures suivant la décision rendue aux termes de la première enquête préliminaire.

Parallèlement à l'enquête de la Sûreté du Québec, 2,000 familles autochtones qui occupent les logis de la corporation autochtone ont été prises en otages par le gouvernement du Québec qui a coupé et réduit les services, que ces familles autochtones étaient en droit d'avoir, sur la base des faits qui ont donné lieu aux accusations qui ont été ultérieurement rejetées ou abandonnées au stade de l'enquête préliminaire.

DOCUMENTS DE RÉFÉRENCES

27 février 1995

Dépôt du mémoire devant la Commission sur l'avenir du Québec

Introduction
Exposé par Clarence Simon
Exposé par Roger Simon
Exposé par Jean Jolicoeur
 
5 mars 1995 Article dans La Concorde par Benoît Bilodeau
 
 

  Le Milieu

 

 
 
 
 
 
Coups de feu | Médias | Danger | Témoignages | Quoi de neuf | Communications
Introduction | Plan du site | Qui sommes-nous ? | Insécurité | Sinistrés | Institutions
 
 
 
 
Webmestre Chambre de commerce de kANESATAKEHaut de la pageCorporation de développement économique de Deux-Montagnes